Smart.Conseil-----------------------------
   
Sommaire, Trucs et astuces
 
Sur cette page : Les ingrédients, matières solubles, matières argileuses, matières inertes, frittes, qualité de l'eau, la préparation, principe de la jarre à billes, utiliser une jarre comme mélangeur, faire soi-même un mini tourne-jarre, pesée des matières, ordre des pesées et chargement de jarre, quantité d'eau de préparation et densité, stockage de la glaçure, déchets de glaçures
 
 
PRÉPARATION D'UNE GLAÇURE

par Smart.Conseil

 
 
 
céramique, délayeur, agitateur, pistolet peinture, balance, pesage, dosage, broyeur, fournisseur céramique

 
 
 
AVANT PROPOS :
 
Cet article n'a pas la prétention d'avoir valeur de référence pour l'ensemble des moyens de préparation de glaçures. Simplement il donne une méthode de travail bien adaptée pour procéder avec du matériel d'amateur à une mise en œuvre très " professionnelle " et parfaitement fiable. Cette méthode très précise est intéressante pour produire de petites quantités de glaçure de 60 g à 1 kg. Certaines glaçures, très pointues, avec une recette complexe, sont ainsi parfaitement reproductibles.
 
Pour ceux qui aiment travailler à la " louche " et qui vénèrent les mystères de la transmutation des matériaux terrestres par le feu, la lecture de cet article est inutile.
 
L'auteur.

 

LES INGREDIENTS :
 
Les ingrédients de la glaçure, sous forme de poudre fine, doivent être mélangés à de l'eau avec ou sans additifs. Le mélange doit être homogène et stable dans le temps, pour assurer une bonne conservation. Il doit permettre de bonnes conditions d'émaillage, de séchage et de tenue jusqu'à l'enfournement.
La préparation d'une glaçure contribue largement à la qualité du travail d'application et à la réussite du produit fini. Les paramètres de préparation pourront varier d'une glaçure à une autre, selon la densité des matières contenues, la viscosité de la préparation, la porosité du tesson à émailler et son épaisseur (sa capacité à absorber), l'épaisseur de glaçure à déposer, le mode d'application choisi (trempage, pinceau, arrosage, pulvérisation, etc.), le besoin de faire des superpositions, etc.
La connaissance de ces paramètres est le plus souvent acquise par l'expérience et la recherche. Il est indispensable de prendre des notes et de mesurer avec précision les quantités des différents ingrédients (matières sèches, eau, additifs…) qui sont introduits dans chaque préparation. Ceci permettra la reproductibilité de chaque préparation et aidera à statuer sur les modifications à apporter si nécessaire.
 
Il est important de distinguer les types de matières entrant dans une glaçure :
 
- Elles peuvent être solubles ou non solubles dans l'eau,
- Elles peuvent être argileuses (kaolin, bentonite, argile, ball clay, tesson cru…),
- Elles peuvent être inertes (quartz, feldspath, fritte, craie, etc.),
 
Autre attention à porter sur la composition de la glaçure : la qualité de l'eau utilisée.
 
1) Les matières solubles :
 
Les matières solubles peuvent être des additifs tels que colles, liants, suspensifs, agents de viscosité, mais aussi certains ingrédients de la glaçure (cendres, carbonate de lithium*…).
Dans le cas d'ingrédients solubles il faudra veiller à utiliser très rapidement la glaçure, car ses propriétés vont se dégrader au fur et à mesure de la dissolution des produits. On utilise généralement ce type de glaçure aussitôt après préparation, c'est le cas des glaçures de cendres pour grès par exemple. Dans ce cas le temps de mise en oeuvre doit être reproduit dans les mêmes conditions à chaque préparation.
 
* : Le carbonate de lithium a une faible solubilité, elle cesse lorsque l'eau est saturée (Un litre d'eau à 20°C peut dissoudre au maximum 13g de carbonate de lithium).
 
En ce qui concerne les additifs, leur rôle en solution est primordial. Ils doivent être parfaitement bien dissous pour que leur action soit complète.
Ainsi, pour des additifs du commerce vendus sous forme de poudre contenant à la fois des composés minéraux et organiques, il est important de pouvoir les introduire dans la glaçure sous une forme liquide parfaitement homogène. En règle générale on les prépare séparément sous forme de solutions mères à faible concentration, par exemple à 2 ou 3% dans de l'eau (par exemple pour Peptapon, Bentonite, Bentone, Deramite, Gomme Adragante, Gomme Arabique, Carboxyméthylcellulose…). On les délaye dans de l'eau tiède avec un agitateur rapide, au moins pendant une heure. Une fois la solution bien délayée, on peut la conserver dans un récipient étanche pendant plusieurs semaines. Certains additifs organiques à base d'amidon ou de cellulose ne supportent pas ce stockage et se décomposent sous l'action de micro-organismes en dégageant de mauvaises odeurs. On peut y remédier en incorporant un bactéricide adapté lors de la préparation de la solution mère (Utiliser un bactéricide à base d'amides acides, à pH neutre, tel que le NOVAL K55, de Zschimmer & Schwarz, à raison de 0.05 à 0.20 % calculé en poids sur la quantité à protéger. Cet anti-ferment pour solutions aqueuses permet leur conservation lors de stockages prolongés).
 
Lors de son addition à la préparation de la glaçure, l'eau apportée par la solution mère devra être prise en compte dans la recette.
 
Le faible taux de matières minérales dans les additifs est généralement négligeable sur la formulation finale de la glaçure. Toutefois une utilisation de bentonites ou sépiolites entraîne des ajouts d'oxydes non négligeables (SiO2, Al2O3 pour les bentonites et MgO, SiO2 pour les sépiolites de type Mg4Si6O15·6(H2O)) qui peuvent nuire à certaines glaçures sensibles.
 
2) Les matières argileuses :
 
Ce sont des matières issues de roches sédimentaires à base de silicates d'alumine hydratés qui se présentent sous forme de fines particules en feuillets (aussi appelées " micelles "). Ces feuillets de petites dimensions offrent une surface de contact considérable avec le milieu dans lequel on les disperse. Les matières argileuses sont donc très réactives avec leur environnement.
Les matières argileuses vont gonfler et donner de la viscosité lors de leur mise en contact avec l'eau de délayage. Elles vont apporter des propriétés d'écoulement, de séchage, de résistance en cru et de tenue à la glaçure lorsqu'elles sont dosées en bonnes proportions.
C'est lorsque la glaçure ne contient pas du tout ou peu de matières argileuses que des additifs sont surtout utilisés. La plupart du temps une glaçure contient un peu de kaolin ou de bentonite et possède partiellement les propriétés recherchées pour la préparation.
 
A noter, le caractère " gras " des argiles est le plus important, face à celui d'un kaolin. Ceci est dû à la finesse des particules constituant les argiles, elles ont une taille inférieure à 2 µ (2 millièmes de millimètre !).
 
Les matières argileuses sont utilisées dans les glaçures dans des proportions allant de 1 à 12 % selon leur nature. Un kaolin pourra entrer à 5 - 12% dans une recette, tandis qu'une bentonite ne dépassera pas 1 à 3% dans des conditions normales d'utilisation. Au delà d'une certaine limite, l'excès de matières argileuses peut nuire fortement à une glaçure dont la viscosité élevée ou le fort retrait de séchage produiront des défauts irrémédiables.
 
Les matières argileuses sont intéressantes pour leurs actions suspensives (effet de la viscosité, effet de gélification), cohésives (effet du retrait et de la plasticité) et modératrices du ressuyage de la glaçure sur le tesson lors de son application (effet de la forte affinité pour l'eau).
 
On dit qu'une bentonite plastifie autant que 10 fois son poids de kaolin à propos d'une pâte céramique. Ses effets dans les glaçures sont aussi très supérieurs à ceux du kaolin. A hauteur de 1 à 3%, elle joue un rôle de suspensif par son action gélifiante sur la glaçure (effet de thixotropie). Elle augmente aussi fortement la cohésion au séchage, ce qui facilite la manutention des pièces crues dont la surface émaillées est plus dure et plus résistante.
La bentonite est composée de particules d'une extrême finesse dont la surface spécifique peut atteindre 1000 m² par gramme ce qui est 50 fois plus que pour un kaolin.
Elle gonfle beaucoup au contact de l'eau (son volume peut augmenter jusqu'à 15 fois) et sèche assez difficilement (forte affinité pour H2O). Un excès de bentonite conduit donc à des retraits importants avec risques de craquelures.
 
3) Les matières inertes :
 
Ce sont des matières qui ne réagissent pas au contact de l'eau. Elles agissent comme une simple charge du milieu aqueux de la glaçure. On les appelle aussi matières " dégraissantes " ou " maigres ", en opposition aux matières argileuses dites " grasses ".
 
Dans les glaçures on rencontre 2 types de matières dégraissantes :
- Les matières dégraissantes naturelles (silice, feldspaths, craie, dolomie, ocres…)
- Les matières dégraissantes artificielles (frittes, alumine calcinée, chamottes fines, méta kaolin, pigments, oxydes…)
 
3.1 Matières dégraissantes naturelles :
Ce sont généralement des roches naturelles broyées finement et épurées par séparation mécanique ou magnétique n'ayant pas subit de transformations chimiques, ni de cuisson. Elles sont issues de gisements importants et contrôlés qui assurent un suivi de la qualité.
 
3.2 Matière dégraissantes artificielles :
Ce sont des matières transformées par l'homme qui n'existent pas dans la nature sous cette forme. Leurs transformations font appel à des actions mécaniques, thermiques et chimiques. Ces produits sont homogènes et de grande pureté. Leur prix est élevé.
 
Des matières inertes employées seules dans une glaçure doivent absolument faire appel à des additifs. En premier on veillera à freiner la sédimentation et à empêcher le " plombage " des matières. La sédimentation peut être freinée en choisissant une plus grande finesse de la taille des particules lors de l'achat des matières, mais aussi en augmentant la viscosité du milieu aqueux, soit par augmentation de la densité (moins d'eau), soit en ajoutant un épaississant (bentonite ou peptapon) ou un sel floculent servant de suspensif (du chlorure de baryum par exemple).
C'est souvent le cas des glaçures à base de frittes lorsqu'elles ne doivent pas contenir de kaolin ou d'argile. Généralement on les épaissit avec du peptapon ou un additif du même type. Les frittes utilisées seules en glaçure réagissent aussi très bien à l'action floculente du chlorure de baryum.
 
Les frittes : ce sont des composés vitrifiés produits par la fusion complète d'un mélange de matières minérales naturelles ou/et de composés chimiques artificiels. Leur rôle est de permettre l'utilisation, dans un milieu aqueux, de matières dont la solubilité et/ou la toxicité interdiraient cette pratique à l'état de matières premières. Une fois transformés par la fusion et inclus dans la matrice vitreuse de la fritte, ces ingrédients solubles et/ou toxiques deviennent inertes et neutres** dans le milieu aqueux.
 
** : Attention toutefois, certaines frittes alcalines conservent souvent une légère solubilité. Elles peuvent après quelques jours de préparation en milieu aqueux présenter des phénomènes de modification de la viscosité ou de suspension de la glaçure par l'action des sels alcalins dissous. Un facteur aggravant de ce type de problème peut être la finesse de broyage trop importante de la fritte.
 
4) La qualité de l'eau :
 
L'eau de ville contient des composés minéraux dont très souvent du calcaire (carbonates de calcium, de magnésium). L'acidité de l'eau peu aussi varier fortement selon la saison, son mode de puisage, etc. Un pH de l'eau est idéal à 7.0 mais c'est loin d'être une généralité.
Les eaux très calcaires ont la fâcheuse tendance à réagir au contact des matières solubles (surtout les matières alcalines) provenant des glaçures et à produire des précipités cristallins à partir des carbonates dissous initialement dans l'eau. Ceci créé des agglomérats cristallins en forme de petites billes ou d'aiguillettes au sein de la glaçure. Leur taille évolue rapidement, en moins d'une semaine après la préparation on peut obtenir facilement des billes de plus de 0.5 mm de diamètre. Ces amas cristallins sont des carbonates de calcium et/ou de magnésium. Il faut les éliminer par un tamisage fin (100 µ peut convenir), sinon ces concrétions calcaires se décomposant produiront un dégagement gazeux en lors de la fusion de la glaçure qui pourra se traduire par une surface criblée de petites bulles toujours visibles après cuisson dans le cas des émaux de faïence.
On identifie facilement la nature de ces cristallisations après tamisage en les mouillant d'un peu d'acide chlorhydrique ; il se produit alors un dégagement gazeux immédiat et la dissolution complète du résidu qui prouve la mise en présence d'un carbonate.
La réaction de cristallisation s'arrête lorsque les calcaires dissous dans l'eau ont été tous précipités.
Un premier remède à ce problème consiste à préparer la glaçure avec de l'eau déminéralisée, car elle est exempte de carbonates dissous.
Le second remède consiste à utiliser immédiatement la glaçure après préparation.
Ce défaut est peu important pour les glaçures de grès ou de porcelaine dont le seuil de ramollissement est beaucoup plus élevé que la température de décomposition des carbonates calcaires (entre 700 et 900°C). Il ne peut alors se produire de bulles lors de fusion de la glaçure, mais les résidus de CaO et MgO subsistant en petits îlots et provenant de la décomposition des cristaux peuvent jouer un rôle en modifiant légèrement l'aspect de la glaçure après cuisson.
 
Décomposition des carbonates calcaires :
 
Calcite : CaCO3 ==> CaO + CO2 la réaction s'achève vers 900°C
Magnésite : MgCO3 ==> MgO + CO2 se décompose entre 450 et 650°C selon les composés
Dolomite : CaOMgOCO2 ==> CaO + MgO + CO2 la réaction en deux temps s'achève vers 900°C
 
Facteur de frittage des carbonates :
 
- Carbonate de calcium : 0.560
(100 g de carbonate de calcium produisent 44 g de gaz carbonique à la cuisson).
- Carbonate de magnésium : 0.479
(100 g de carbonate de calcium produisent 52.1 g de gaz carbonique à la cuisson).
 
 
LA PRÉPARATION :
 
Le mélange des ingrédients doit être homogène, sans grumeaux ou agglomérats (sauf pour des glaçures ou l'hétérogénéité est recherchée).
 
Voici une méthode qui est la plus sûre pour préparer ses glaçures avec une reproductibilité parfaite, celle-là même qui est utilisée par les professionnels de la céramique pour obtenir les meilleures conditions de préparation et de mélange.
Cette méthode est basée sur le mélange en jarre à billes.
 
Principe de la jarre à billes :
 
La jarre à billes est composée d'une jarre cylindrique en porcelaine équipée d'un couvercle en porcelaine muni d'un joint en caoutchouc et maintenu serré sur la jarre par un étrier à vis.
 
Jarre en vente chez RICHOUX Jarre de porcelaine------------------Billes de broyage  en vente chez RICHOUX Billes d'alumine
 
La jarre est remplie d'une certaine quantité de billes de broyage en porcelaine ou en alumine.
Le volume apparent des billes doit représenter environ 60% du volume intérieur de la jarre.
 
Exemple d'un calcul rudimentaire pour une jarre de capacité 5 litres :
- On utilise dans cet exemple des billes en alumine de densité 3.57
- le volume apparent à remplir sera de 5 x 0.6 = 3 litres
- 6 kg de billes seront nécessaires pour remplir un volume apparent de 3 litres (qui est occupé à 55% par les billes, le reste étant le volume interstitiel). L'opération étant l'arrondi de 3 x 0.55 x 3.57
- En général on utilise des billes de diamètres variés avec une règle de répartition du type : 25% de grosses billes, 50% de moyennes et 25% de petites. La taille pouvant varier de 20 à 40(*) mm de diamètre.
- Le poids de matières sèches pouvant être introduit dans cette jarre correspond à une quantité pouvant varier de 1/4 à 1/3 du poids des billes. Soit ici une charge située entre 1.5 à 2 kg.
- Pour l'utilisation en mélange de matières, ajouter dans la jarre une quantité d'eau égale au poids de matière sèche.
 
(*) Attention : Si la jarre est usée et que ses parois sont fines, de trop grosses billes risquent de la casser par les chocs répétés du broyage.
 
Utiliser une jarre comme mélangeur :

Ce matériel sert normalement à broyer des matériaux en grains tels que des frittes, du sable (feldspath, quartz, etc.), mais il se révèle aussi un excellent mélangeur pour des produits déjà broyés.

Le temps de broyage normal pour ce type de jarre est d'environ 15 heures pour réduire des matières premières à une finesse utilisable en glaçure. Cette échelle de temps assez importante permet d'utiliser ce même matériel pour mélanger des matières déjà broyées en 1/2 à 1 heure, sans prendre le risque de les broyer trop finement. L'action de mélange par ce procédé est idéale, les billes mélangent et laminent les poudres à la perfection et transforment la charge introduite en une barbotine de glaçure lisse et homogène prête à l'emploi. Un tamisage de précaution peut être effectué lors du tirage de la jarre, mais si le temps de mélange a été respecté cette action reste superflue.
 
L'action de mélange/broyage se fait généralement sur un tourne jarre à rouleaux, constitué de deux rouleaux parallèles caoutchoutés dont l'un est entraîné en rotation par un moteur, l'autre tournant librement. La jarre est posés entre les deux rouleaux et mise à tourner. Pour une jarre de 5 litres la vitesse tangentielle doit être au minimum de 40 m/minute pour assurer un mélange/broyage correct.
 
Ce matériel est un matériel professionnel, le coût d'une jarre de 5 litres avec les billes de broyage peut atteindre 400 Euros. Des jarres plus grandes (8 et 13 litres) et plus petites (2 et 1 litres) existent aussi. L'équipement d'un tourne-jarre pour des jarres jusqu'à 8 litres peut coûter entre 1000 et 2500 Euros selon sa capacité en nombre de jarres.
Autant dire que cet équipement n'est pas à la portée d'un amateur. Mais il a des solutions intermédiaires très économiques réalisables en récupérant des matériels courants.
 
 
 
céramique, délayeur, agitateur, pistolet peinture, balance, pesage, dosage, broyeur, fournisseur céramique, ceramique, émaillage, émaux

 
 
 
Exemple d'une solution pour réaliser soi-même un mini tourne-jarre :
 
Un petit tourne-jarre à rouleaux est facile à construire soit même avec un petit moteur électrique et une réduction de vitesse par poulie et courroie pour obtenir le nombre de tours désiré. En cultivant un peu l'art de la récupération ou en cherchant bien dans les vide greniers il est assez facile de se procurer le matériel de base (moteur, réduction, rouleaux…). Des rouleaux de convoyeur à rouleaux sont parfaits pour ce type d'application, il suffit de les revêtir d'un caoutchouc anti-adhérent et d'en bloquer un par un point de soudure pour qu'il serve de rouleau d'entraînement.
On peut aussi comme pour la tournette d'émaillage, utiliser un moteur d'essuie-glace de voiture avec une alimentation en 12 Volts continus.
 
Tourne-jarre amateur
 
Pour la jarre, tout récipient en matière plastique " polyéthylène ", cylindrique à large ouverture et bouché par un bouchon à vis fera l'affaire. Ce sera encore mieux si en plus du bouchon à vis, il y a aussi un opercule d'étanchéité. Ces récipients sont utilisés pour les produits chimiques, les produits de jardinerie… on en trouve aussi comme emballages de produits dans les grandes surfaces. Leur capacité varie de 500, 1000, 2000 ml. Ce récipient pourra assurer de très nombreux mélanges, la résistance du polyéthylène est très bonne dans ce domaine.
 
Jarre de melange amateur avec billes de porcelaineFlacon en polyéthylène à large ouverture
 
Pour les billes vous avez le choix, soit vous utilisez des billes de verre (mais elles vont s'user un peu…), soit vous façonnez vous-même à la main vos propres billes avec de la pâte de porcelaine que vous cuisez à haute température. Les billes de porcelaine sont les mieux adaptées. Elles doivent être bien rondes.
Vous remplissez environ à 60% votre " jarre " en plastique avec vos billes et votre équipement est prêt à fonctionner pour la préparation de glaçures.
Dans le cas de billes fabriquées soi-même : Faire un rodage des billes avec une charge constituée d'eau, d'un peu de kaolin et de sable fin pendant une heure ou deux avant de s'en servir pour préparer une glaçure.
 
Pesée des matières :
 
En restant dans le cadre de la préparation de petites quantités, l'outil précis le plus économique pour peser de très petites quantités est le trébuchet. Précision de cet appareil 0.05 g. Portée 200 g. Compter de 200 à 250 Euros ttc pour cet appareil avec les poids.
Ce mode de pesée est assez long, il faut attendre la stabilisation du fléau pour évaluer la justesse du dépôt de matière dans le plateau de pesage. Préparer une recette avec une dizaine d'ingrédients peut prendre une demi heure.
En étant un bon bricoleur "précis", il est possible de réaliser soi-même un trébuchet. Le principe en est simple, le fléau de cette balance doit reposer exactement en son centre à égale distance de ses extrémités supportant les deux nacelles qui doivent être parfaitement équilibrées. Une aiguile verticale placée au centre du fléau indique le point d'équilibre qu'il faut atteindre pour que la masse de matière pesée dans la première nacelle corresponde à celle des poids se trouvant dans la seconde nacelle. La géométrie d'une telle construction doit être parfaite pour que le trébuchet soit précis.
 
Trébuchet vendu chez CERADELTrébuchet--------------------Balance vendue chez SOLARGILBalance électronique
 
Le meilleur outil précis et rapide, est la balance électronique de laboratoire. Mais il faut prévoir un budget beaucoup plus élevé. Plus la précision et la portée sont élevées, plus elles sont chères.
La petite balance la moins chère du marché est une balance précise au 1/100e de gramme avec une portée de 200 g. Elle coûte entre 500 et 600 Euros ttc. Pour la même précision avec une portée plus élevée le prix grimpe très vite… Certaines balances à 1600 g de portée peuvent coûter jusqu'à 1500 Euros.
L'avantage de ce matériel est l'indication rapide du poids atteint et le tarage pour remettre l'afficheur à zéro entre chaque pesée.
 
Quoi qu'il en soit, la pesée de très petites quantités avec une grande précision reste un problème pour les amateurs. L'équipement est cher. Une bonne balance est souvent l'investissement indispensable pour commencer la préparation de ses glaçures dans de bonnes conditions. La plupart des amateurs commencent par la construction ou l'achat d'un trébuchet.
 
Ordre de pesée d'une recette :
 
Dans l'ordre des pesées il faut considérer le type d'ingrédient et sa quantité. Ceci afin de procéder aux pesées dans l'ordre idéal pour le chargement de la jarre de mélange.
Au départ la jarre de broyage ne doit contenir que les billes. Le tout doit être parfaitement propre. Il reste souvent un peu d'humidité due au lavage de la jarre et des billes à l'eau claire. Bien égoutter le tout avant de commencer à charger.
 
Exemple de recette pour une préparation de 100 g de glaçure de type cristalline :
 
 

Composants

Quantités en grammes

Commentaires

Fritte A

18.00

inerte

Fritte B

13.00

inerte

Kaolin

4.50

argileux

Feldspath

9.50

inerte

Quartz

23.00

inerte

Craie

5.00

inerte

Bentonite

2.00

argileux

Oxyde de zinc

25.00

inerte

Oxyde de cuivre

3.25

inerte colorant

Carbonate de cobalt

0.05

inerte colorant très faible quantité

Total matières :

103.30

-

Solution mère de peptapon

25.00

additif liquide épais

Eau

50.00

liquide fluide

Pour rincer la jarre et récupérer la matière au maximum :

Eau de rinçage

15.00

liquide fluide

 
Les matières les plus sensibles sont les argileux et les colorants.
Les argileux ne doivent pas être chargés en dernier car lors de l'introduction de l'eau et des additifs, ils vont devenir collants et risquent de se fixer sur le joint de fermeture de la jarre et du couvercle. Le rayon des billes ne pourra les atteindre à cet endroit et il restera des argileux non mélangés collés sur la paroi lors de la vidange de la jarre.
Les colorants, dont ceux en très petite quantité doivent être introduits en milieu de charge afin de se retrouver au cœur des matières à mélanger.
Pour que la charge soit encore plus à cœur de la jarre, on ne met souvent que la moitié des billes au début du chargement. Le restant étant ajouté après le chargement des matières, avant l'ajout de l'eau et des additifs liquides.
 
Voici quel pourrait être l'ordre des pesées pour la même recette en tenant compte des ingrédients et de leur quantité :
 
 

Ordre des pesées et du chargement de la jarre

Composants

Quantités en grammes

Commentaires

1

Oxyde de zinc

25.00

inerte

2

Fritte B

13.00

inerte

3

Oxyde de cuivre

3.25

inerte colorant

4

Carbonate de cobalt

0.05

inerte colorant très faible quantité

5

Feldspath

9.50

inerte

6

Kaolin

4.50

argileux

7

Quartz

23.00

inerte

8

Bentonite

2.00

argileux

9

Craie

5.00

inerte

10

Fritte A

18.00

inerte

Total matières :

103.30

-

11

Eau

60.00

liquide fluide

12

Solution mère de peptapon

25.00

additif liquide épais

Pour rincer la jarre et récupérer la matière au maximum :

13

Eau de rinçage

15.00

liquide fluide

 
 
Cette organisation des matières dans l'ordre de chargement assure une bonne précision dans la composition finale du mélange.
 
Quantité d'eau, densité de la glaçure :
 
Avec l'expérience, on finit par connaître exactement ses besoins en densité selon les ingrédients entrant dans les recettes. Il devient alors facile de prévoir exactement quelle quantité d'eau sera nécessaire dans la préparation de la glaçure. La meilleure façon de doser l'eau avec précision est de l'ajouter entièrement lors de la préparation (y compris la quantité pour le rinçage de la jarre), puisqu'à ce moment là la recette est complète. Cela évite les contrôles ultérieurs et assure une bonne précision de l'émaillage dans le cas d'un contrôle du poids déposé sur les pièces (Attention ceci vaut surtout pour un émaillage par pulvérisation, car dans le cas d'un émaillage par trempé l'eau pénétrant facilement dans le biscuit, le bain s'épaissit au fur et à mesure du trempage et la densité augmente progressivement).
 
Le rinçage de la jarre : toujours garder une partie de l'eau nécessaire à la préparation pour l'utiliser au rinçage de la jarre. Cela permet de récupérer la quasi-totalité de la glaçure et de limiter les rejets de lavage polluants.
 
Stockage de la glaçure :
 
Il est important de veiller à ne pas garder les glaçures trop longtemps. Leur utilisation immédiatement après la préparation est conseillée, surtout si certaines matières sont légèrement solubles. En cas de stockage, il faudra conserver la glaçure dans un récipient parfaitement étanche et si possible à l'abri de la lumière. Si le stockage doit être prolongé, ajouter un anti-ferment.
Un récipient bien étanche permettra de conserver l'humidité, mais il permettra aussi d'agiter la glaçure en le secouant avant sont utilisation pour remettre celle-ci en suspension après un temps de repos.
Les récipients à large ouverture équipés de bouchons avis et d'opercules utilisés comme jarres pour le broyage peuvent aussi être utilisés comme pots de stockage.
Toujours penser à tamiser finement une glaçure ayant subi un stockage prolongé, afin de pouvoir éliminer les éventuelles cristallisations dues aux matières solubles.
 
Tableau des ouvertures en microns des tamis numérotés en Mesh US :
 
 

N° de tamis en US Mesh

Ouverture en microns (µm)

Ouverture en pouces (inches)

35

500

0.0197

40

420

0.0165

45

350

0.0138

50

297

0.0117

60

250

0.0098

70

210

0.0083

80

177

0.0070

100

149

0.0059

120 taille idéale pour glaçures fines

125

0.0049

140

105

0.0041

170

88

0.0035

200

74

0.0029

230

62

0.0024

270

53

0.0021

325

44

0.0017

400

37

0.0015

500

31

0.0012

 

 

 
céramique, délayeur, agitateur, pistolet peinture, balance, pesage, dosage, broyeur, fournisseur céramique

 
 
 
Déchets de glaçure :
 
Toujours veiller à préparer des quantités justes, sans excédant. Ce détail a de l'importance, car les rejets de glaçures inutilisées sont polluants et toxiques. Certains potiers conservent leurs rejets de glaçures et en font un mélange qu'ils utilisent pour émailler l'intérieur des vases lorsque ceux-ci sont à ouverture étroite. On peut aussi les mettre dans des récipients en biscuit et les vitrifier au four avant de les jeter en déchets de type " gravats ". Ceci vaut pour une activité d'amateur avec de petites quantités de rejets.
 
 
 
© Smart.Conseil / Mai 2005
 
 
 

Smart.Conseil le site dédié aux passionnés de céramique Envoyez-nous vos articles, documents et photos sur la céramique à smart2000@wanadoo.fr   Smart.Conseil - FRANCE sur http://perso.wanadoo.fr/smart2000/ This entire page Copyright © 2005, All Rights Reserved. Les textes et les photos restent la propriété de leur auteurs, ils ne peuvent être réutilisés sans un accord préalable. Nous consulter.
 
Sommaire ----- Trucs et astuces -----Top/Haut de page