Smart.Conseil-----------------------------
   
Sommaire,
 
Sur cette page : Construire une cabine d'émaillage
 
 
CONSTRUIRE une CABINE D'ÉMAILLAGE

par Smart.Conseil

 
 
Avant propos :
 
Je suis passionné de glaçures cristallines et mes recherches m'amènent à utiliser régulièrement la pulvérisation comme moyen d'application de mes glaçures. Les pièces que je fais sont de taille moyenne, hauteur 30 cm et diamètre 20 à 25 cm. La précision indispensable à l'application et la toxicité des éléments composant mes glaçures m'ont fait réfléchir sur l'équipement qui m'était nécessaire pour travailler dans les meilleures conditions de sécurité concernant l'hygiène et la sécurité. J'ai donc décidé de construire une cabine d'émaillage qui m'apporterait à la fois le confort d'application de mes glaçures et celui d'utiliser des oxydes toxiques sans risque pour ma santé. Aujourd'hui j'utilise cet équipement très fiable régulièrement, mais j'utilise toujours un masque de protection de type FFP3 pour faire mes travaux, deux précautions valent mieux qu'une.
 
J'ai opté pour une cabine à rideau d'eau, avec une aspiration (par VMC) de l'air de pulvérisation chargé des poussières de glaçure équipée d'un filtre sec. La cabine est dotée d'un compresseur d'air, d'un éclairage intérieur, d'une tournette électrique à plusieurs vitesses, d'un système de pulvérisation par nébulisation avec commande au pied de l'air de pulvérisation. J'ai mis au point ma tournette électrique mue par un moteur d'essuie-glaces en basse tension continue (voir mon article sur la tournette électrique) pour éviter les risques électriques. Mon nébulisateur était au point depuis plusieurs années (voir l'article sur le nébulisateur d'émail).
 
Travailler avec ce matériel change vraiment la vie, tout est plus facile et la sécurité est évidente.
 
Le coût de réalisation de cet équipement n'a pas dépassé les 250 Euros. Fin récupérateur, j'ai su utiliser toutes les ressources disponibles pour limiter les dépenses dans ce projet (récupération d'une alimentation d'ordinateur, d'un moteur d'essuie-glaces de voiture, d'une pompe de machine à laver le linge, de tôles d'aluminium, de contacteurs électriques, d'électrovanne d'air, de tubes d'acier 30x30mm etc...). Aller chez le ferrailleur du coin est très bénéfique aux finances des amateurs éclairés lorsqu'ils savent manier le poste à souder, la meuleuse, la scie, la perceuse et les composants de l'électromécanique.
 
Je n'ai pas indiqué de dimensions pour la taille de ma cabine, en fait ses dimensions ont été conditionnées par mon réel besoin en taille de pièces à émailler, et aussi par les solution envisagées telles que d'utiliser une poubelle avec son couvercle comme bac de décantation. Cette cabine mesure environ 1.85 m de haut, son plan de travail est situé à 0.90 m du sol et sa cellule d'émaillage fait 0.60 m de côté (elle est carrée) avec une ouverture haute de 0.75 m munie d'une porte transparente en polycarbonate permettant d'en fermer la moitié pour augmenter la dépression à l'intérieur de celle-ci.
 
Smart.Conseil
© Mars 2005
 
 
 
Un clic sur les images permet de les agrandir pour voir la scène en détail
 

 

Construction de la Cabine
 
La première étape consiste à réaliser le chassis de la cabine.
 
Celui-ci est en tube carré 30x30 mm soudé. Il a été peint après avoir été dégraissé et recouvert d'une couche d'antirouille gris au zinc.
 
Il se divise en 3 parties sur la hauteur :
- celle du bas munie de roulettes permettra de supporter le bac de décantation,
- celle du milieu supportera le plan de travail et le collecteur de l'eau de ruissellement,
- celle du haut supportera la VMC avec son filtre.
 
A noter sur le côté droit deux bras qui serviront a supporter une tablette permettant de poser des pièces, une balance, des accessoires...

Le collecteur est construit en tôles et cornières d'aluminium. Son fond est constitué de deux tôles inclinées vers le centre et non jointives. Un espace d'environ 4 cm les sépare. Le collecteur assemblé par des vis est rendu étanche par du mastic silicone pour maçonnerie Rubson de couleur blanche. Il est assemblé, prêt à être monté sur le chassis. Les pièces ont été taillées et percées sur mesure sur le chassis avant peinture, puis démontées pour être assemblées de façon étanche.

Détail des entailles aux quatre coins du collecteur destinées au passage des montants en tube acier de 30x30 mm.

Pose du plancher en Aggloméré épais de 19 mm. Celui-ci supportera la poubelle servant de bac de décantation dont le poids avoisinera les 70 kg.

Le panneau est fixé par des vis métaux de 4.5 mm (perçage du chassis à 4.2 mm pour permettre le vissage direct sans taraudage)

Pose du collecteur sur le chassis, il est maintenu par des vis métaux de 4.5 mm.

Colmatage des entailles du collecteur recevant les montants du chassis avec le mastic blanc pour maçonnerie Rubson.

La gouttière en PVC qui recueillera l'eau du collecteur. Elle est fermée à chaque extrémité et percée en son centre d'un orifice rond de 30 mm dans lequel sera fixé par collage (colle PVC) un morceau de tube PVC servant de tube d'écoulement.

La gouttière est fixée sous le collecteur et fixée à chacune de ses extrémités à l'aide d'une cordelette munie de deux élastiques. Les élastiques sont accrochés à deux vis dépassant du collecteur et maintiennent la cordelette tendue. Ce dispositif est facile à démonter et permet des interventions rapides.

Vue d'ensemble du collecteur équipé de sa gouttière.

Les parois sont en plaques minces de polycarbonate (épais 2 mm) assemblées par des cornières et des plats en aluminium maintenus par des vis et des écrous.

Détail de montage des parois

Le film protecteur des parois en polycarbonate n'est retiré que lors du montage final. Il protège des rayures tout au long du travail de découpe (à la meuleuse d'angle équipée d'un disque fin épais de 2 mm utilisé normallement pour l'inox) et de perçage.

Des cornières sont disposées en bas des parois, au dessus du collecteur, pour supporter la grille du plan de travail.

Le dispositif d'arrosage des parois, en tubes et raccords PVC, qui sera fixé en haut des parois de polycarbonate. Diamètre du tube 20 mm.

Le tube arroseur est perforé de trous de 2 mm orientés vers les parois. Ici sur cette vue les trous sont percés tous les 40 mm. En finale et après expérimentation, des trous seront perforés tous les 20 mm pour assurer un débit permettant un film d'eau continu sur les parois (Rideau d'eau). Un total de 80 trous de 2 mm permettra un arrosage correct des parois (sur une longueur d'environ 1.80 m), compte tenu du débit de la pompe d'alimentation.

Le tube d'arrosage est maintenu par des colliers

Vue des cornières destinées à recevoir la grille du plan de travail.

La grille est en place. Elle est constituée d'une plaque de grillage soudé à maille carrée, très résistant, et suffisamment rigide pour une surface aussi réduite (60 x 60 cm).

Vue de la cabine, avec ses parois retombant à l'intérieur du collecteur et son plan de travail en grillage soudé à maille carrée.

Le bac de décantation, constitué d'une poubelle domestique, équipé d'une pompe de machine à laver le linge branchée à 15 cm du bord supérieur. Un tuyau placé 10 cm plus haut servira de trop plein en cas d'élévation du niveau de l'eau.

Le couvercle de la poubelle est percé en son centre d'un trou d'une dizaine de cm pour permettre l'écoulement de l'eau venant du collecteur de la cabine.

Un tuyau souple diamètre intérieur 19 mm (tuyau de jardin) permet de raccorder la pompe au dispositif d'arrosage situé en haut des parois de la cabine. Prévoir un dispositif de purge au niveau de la pompe pour vider l'eau l'hiver si la cabine est dans local gélif, ceci évitera de mauvaises surprises.

Raccordement du dispositif d'arrosage des parois. Les parois en polycarbonate montent environ 15 cm plus haut au dessus du tuyau arroseur.

Point clé du fonctionnement de cette cabine :
 
Le tensio-actif permettant que l'eau mouille bien les parois en polycarbonate et fasse un vrai "rideau d'eau".
Deux produits ont été testés :

- Paic Excel pour vaisselle, fonctionne mais produit trop de mousse qui finit par déborder de la poubelle.

- Liquide de rinçage pour lave-vaisselle de marque "Champion" (1er prix), excellent résultat, bon mouillage et peu de mousse. Un demi flacon permet de traiter 60 litre d'eau qui peut durer plus d'une année pour ce type d'équipement utilisé épisodiquement.

Vue de la poubelle munie de son couvercle en position sous la gouttière du collecteur.

Premiers tests d'arrosage des parois. Les trous ne sont pas assez nombreux (trop distants) et le liquide sans tensio-actif ne mouille pas bien le polycarbonate. En finale avec 1 trou de diamètre 2 mm tous les 20 mm et du liquide de rinçage pour lave-vaisselle, le rideau d'eau sera parfait. En ajoutant à cette eau un peu de bactéricide ou en la traitant régulièrement à l'eau de javel, elle pourra se conserver plus d'un an et permettre de vidanger le bac très peu souvent.

Retour de l'eau dans la poubelle, couvercle retiré pour mieux observer l'effet moussant du traitement tensio-actif.

VMC installée sur la plaque en aggloméré qui constituera le "toit" de la cabine. La VMC aspire par une ouverture carrée munie d'un filtre en fibre synthétique pour hotte de cuisine.

Panneau avant du toit équipé d'une lampe qui permettra l'éclairage intérieur de la cabine pendant le travail.

Panneau des commandes électriques sur le côté droit de la cabine.

Sont prévus :

- Un interrupteur général à fusibles (en haut à gauche, couleur bleue), déclanchant l'éclairage de la cabine et la mise sous tension du bloc d'alimentation de PC (bloc avec étiquette jaune) destiné à la tournette électrique.

- 3 prises 230 Volts pour le compresseur, la commande au pied de l'air de pulvérisation, le branchement d'un décapeur thermique pour activer le séchage de l'émail.

- Un interrupteur permettant de mettre en marche le rideau d'eau (pompe)

- Un boîtier (boîte bleue) avec les commandes de sélection de vitesse de la tournette électrique. La sortie en basse tension vers la tournette est réalisée avec une prise téléphonique.

Vue globale de la cabine. En haut, sur le panneau frontal, l'interrupteur commandant la mise en route de la VMC.

Une porte en polycarbonate sera rajoutée en façade de la cabine, côté gauche, pour réduire de moitié l'ouverture de celle-ci pendant la pulvérisation (si vous ètes droitier) et augmenter la dépression dans la cabine afin de capter plus efficacement les poussières.

Un tuyau en accordéon reliera la VMC à l'extérieur pour évacuer l'air.

Un projet d' hydrocyclone pour recycler l'air dans le local est en étude. Basé sur la pulvérisation d'eau dans le manchon d'air pour capturer les poussières résiduelles. L'eau pulvérisée et les poussières retombent dans un récipient où une pompe de lave-vaisselle (haute pression) assure la circulation du fluide en boucle ainsi que sa pulvérisation en fines gouttelettes.

(à suivre...)

 
 
 

Smart.Conseil le site dédié aux passionnés de céramique Envoyez-nous vos articles, documents et photos sur la céramique à smart2000@wanadoo.fr   Smart.Conseil - FRANCE sur http://perso.wanadoo.fr/smart2000/ This entire page Copyright © 2005, All Rights Reserved. Les textes et les photos restent la propriété de leur auteurs, ils ne peuvent être réutilisés sans un accord préalable. Nous consulter.
 
Sommaire - -----