Smart.Conseil-----------------------------
   
Sommaire, Ce qu'il faut Savoir, English version
 
Sur cette page : Antimoine et composés inorganiques, Trioxyde d'Antimoine, Antimony and inorganic Compounds, Trioxide of Antimony
 
 

Antimoine et Composés Inorganiques

par Edouard Bastarache
 
 
Généralités :
 

Métalloïde blanc argenté dont le principal minerai est la stibinite qui est du trisulfure d'antimoine (Sb2SO3) présent dans les pays suivants : Chine, Mexique, Bolivie, Algérie, Portugal, France.

L'antimoine est aussi récupéré des minerais de cuivre et de plomb.
Les minerais d'antimoine contiennent souvent des quantités appréciables d'arsenic et de plomb.
En plus du métal, les composés principalement utilisés dans l'industrie sont les oxydes (trioxyde, pentoxyde) et les sulfures (sesqui et pentasulfure, oxysulfure, le sulfate).
Le tartrate d'antimoine et de potassium fut aussi utilisé en médecine comme émétique.
Des dérivés de l'antimoine ont aussi été utilisés dans le traitement de la leishmaniose, la schistosomiase et la filariose
 
Usages et Sources d'Exposition :
 

-l'extraction et le raffinage de l'antimoine; ces expositions sont compliquées par l'exposition concomitante au plomb, à l'arsenic et au bioxyde de souffre,

-sous forme d'alliage avec d'autres métaux; le gaz stibine (SbH3), un gaz toxique hémolytique similaire à l'arsine, peut se former lors de la réaction entre certains alliages d'antimoine et des acides réducteurs,
-sous ses formes de sesquisulfure et de pentasulfure dans l'industrie du caoutchouc,
-dans les pâtes des allumettes de sûreté,
-dans les peintures sous forme de pigments,
-dans l'industrie de la céramique et du verre,
-dans l'industrie électronique,
-sous forme de poudre vermifuge pour la volaille (trioxyde d'antimoine),
-sous forme de dérivés pour le traitement de certaines maladies tropicales,
-sous forme de trioxyde d'antimoine (Sb2O3) comme ignifuge dans l'industrie du textile, du papier, du caoutchouc, des plastiques.
-sous forme de stibine (gaz) pour la fumigation du grain.
 
Toxicologie :
 
I-Absorption, Métabolisme et Excrétion :
 
A-Voies de pénétration :
L'antimoine pénètre dans l'organisme par voie digestive ou par voie pulmonaire.
Les formes solubles d'antimoine sont absorbées rapidement par inhalation.
 
B-Toxicocinétique :
Après absorption, il est habituellement rapidement éliminé.
La forme trivalente est excrétée moins rapidement que la forme pentavalente due à sa captation par les globules rouges.
L'antimoine est en grande partie excrété dans les urines.
Les composés trivalents sont principalement excrétés par voie fécale, les composés pentavalents par voie urinaire.
Les formes insolubles sont excrétées lentement dans l'urine et peuvent demeurer détectables des années après la fin de l'expositon.
 
C-Concentrations Sanguines :
Chez les sujets non professionnellement exposés, la concentration moyenne de l'antimoine sérique est d'environ 0.05µg/100 ml, celle du sang total de 0.2 µg/100 ml.
 
D-Concentrations Urinaires :
Plusieurs auteurs ont démontré que l'excrétion urinaire d'antimoine chez les sujets non professionnellement exposés ne dépasse pas :
-3 µg/24 heures (Wester,1973),
-0.7 µg/L (Ludersdorf et al., 1987),
-1 µg/g créatinine (Bailly et al., 1991).
 
Les auteurs ont rapporté que les taux urinaires d'antimoine étaient nettement plus élevés chez les travailleurs exposés à l'antimoine que chez les sujets contrôles.
 
II-Toxicité Locale :
Il s'agit de toxicité cutanée.
L'antimoine et certains de ses sels (fluorure, trichlorure, tartrate, pentasulfate) sont irritants pour la peau et peuvent produire une dermite de contact.
Le trichlorure d'antimoine peut cependant au contact de surfaces humides, libérer de l'acide chlorhydrique, ce qui peut provoquer des brûlures cutanées.
L'exzéma stibié, une dermite folliculo-papulaire peut être engendré par des dérivés de l'antimoine (trioxyde d'antimoine).
 
III-Toxicité systémique :
Les composés trivalents sont plus toxiques que les composés pentavalents.
 
A-Intoxication Aigue :
1-Par Ingestion :
Le tableau clinique ressemble à l'intoxication arsénicale.
a-Irritation gastro-intestinale :
-nausées,
-vomissements,
-diarrhées.
b-Troubles du rythme cardiaque :
-bradycardie,
-fibrillation auriculaire,
-Adams-Stokes,
-tachycardie ventriculaire.
c-Atteinte hépatique :
-dégénérescence graisseuse,
-cytolyse.
d-Mort :
Elle peut survenir par défaillance circulatoire, ou par atteinte hépatique (atrophie jaune aigue) et rénale.
 
2-Par Inhalation :
a-L'inhalation de vapeurs d'anhydride antimonieux ( trioxyde d'antimoine) peut engendrer une pneumonie chimique aigue.
b-L'inhalation du gaz stibine peut causer une grave intoxication caractérisée par une hémolyse massive comportant :
-céphalées,
-fatigue,
-douleurs abdominales,
-ictère,
-anurie
 
3-Traitement de l'Intoxication Aigue :
La surveillance de la fonction pulmonaire et cardiaque est indiquée lorsqu'il y a eu exposition aigue significative par inhalation ou ingestion.
L'intoxication aigue doit être traitée comme l'intoxication arsénicale.
L'acide 2,3-dimercaptosuccinique (DMSA) a été recommendé
Le BAL n'est guère efficace selon des études expérimentales.
 
L'hémolyse due à la stibine demande de pratiquer des exsanguinotransfusions.
L'exposition cutanée à des poussières solubles ou liquides irritants contenant de l'antimoine requiert le retrait de l'exposition et le nettoyage de la peau exposée.
 
B-Intoxication Chronique :
L'exposition chronique aux poussières métalliques et fumées de trioxyde d'antimoine peut causer les symptômes suivants :
 
1-Troubles Digestifs :
-stomatite,
-irritation gastro-intestinale,
-perte d'appétit.
 
2-Troubles Nerveux :
-céphalées,
-vertiges,
-irritabilité,
-troubles caractériels.
 
3-Modifications hématologiques :
-leucopénie,
-éosinophilie.
 
4-Atteintes Respiratoires :
a-Irritation des voies respiratoires supérieures :
-laryngite,
-trachéite,
-rhinite,
-épistaxis,
b-Atteinte des voies respiratoires profondes :
-bronchite,
-emphysème.
c-Stibiose :
Il s'agit habituellement d'une découverte radiologique (semis réticulo-nodulaire).
C'est une pneumoconiose non fibrinogène liée à l'inhalation chronique de poussières de stibinite ( trisulfure d'antimoine, Sb2S3). Elle peut être contractée lors de l'extraction du minerai ou de son traitement, dans la fabrication d'alliages avec l'étain, le plomb et le cuivre, de peintures, dans l'industrie de la céramique et du verre.
Le retentissement fonctionnel est modeste
d-Toxicité Myocardique :
Elle est révélée par les modifications électrocardiographiques.
e-Autres atteintes :
-perforation du septum nasal,
-gencives qui saignent.
 
Laboratoire :
 
I-Sang :
Le décompte des globules rouges peut être bas.
Les analyses sanguines permettent de diagnostiquer les atteintes hépatiques dues à l'exposition à la stibine et aux préparations pharmaceutiques contenant de l'antimoine, de même que lorsqu'il y a surexposition à d'autres composés de l'antimoine.
 
II-Urine :
Une hémoglobinurie et la présence de cylindres faits de globules rouges sont des signes d'une hémolyse induite par la stibine (gaz) et suggèrent une défaillance aigue hépatique et rénale.
Il n'y a pas d'Indice Biologique d'Exposition (IBE) pour l'antimoine
La présence d'antimoine dans l'urine est diagnostic d'une exposition passée mais elle ne corrèle pas nécessairement avec la sévérité de l'exposition et des effets sur la santé.
La valeur de référence est < 3µg/g. créatinine (Haufroid & Hoet).
 
III-Radiologie :
 
A-Inhalation Aigue :
La radiographie pulmonaire peut refléter la présence d'un œdème pulmonaire avec infiltrat diffus secondaire à une inhalation aigue de trichlorure d'antimoine.
B-Inhalation Chronique :
La radiographie peut démontrer la présence de la stibiose qui est une pneumoconiose
bénigne secondaire à l'exposition chronique aux minerais et poussières d'antimoine.
 
IV-Physiologie Respiratoire :
Les épreuves de fonction respiratoire reflètent les atteintes pulmonaires, aigues et chroniques, qui ont un retentissement fonctionnel.
 
V-Électrocardiographie :
Les changements à l'ECG incluent des perturbations de l'onde T et des troubles du rythme.
 
Effets sur la grossesse :
 

Une étude russe suggère que l'exposition à l'antimoine augmente le risque d'avortement et de prématurité; on a aussi rapporté dans cette étude que l'antimoine passait la barrière placentaire et était présent dans le liquide amniotique, le tissu placentaire, et le sang ombilical.

Chez l'animal, on n'a pas observé d'effets néfastes chez les descendants des rats femelles à qui furent données de basses concentrations de trichlorure d'antimoine dans l'eau potable.
 
Données sur le lait maternel :
 
 
L'antimoine peut être excrété dans le lait maternel.
 
Effets Cancérogènes :
 
Des études conduites à l'époque d'expositions élevées ont démontré une association entre le trioxyde d'antimoine et un plus grand risque de cancer pulmonaire chez les travailleurs des fonderies de production d'antimoine. Par contre, d'autres études conduites chez des travailleurs exposés à des concentrations beaucoup moins importantes n'ont pas démontré cet excès de risque.
De plus, l'exposition d'animaux à des concentrations élevées de trioxyde d'antimoine a aussi démontré l'effet cancérogène pulmonaire de l'antimoine; des niveaux moindres d'exposition ne causent pas d'excès de risque de cancer pulmonaire.
 
 
Effets Mutagènes :
 
Nous n'avons pas trouvé de données sur des effets mutagènes potentiels de l'antimoine. Cependant, le tartrate d'antimoine a augmenté l'incidence de bris de chromosomes dans les leucocytes humains.
 
 
Effets Tératogènes :
 
Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate de l'effet mutagène, les études étant contradictoires.
 
 
Prévention :
 
Des équipements de protection personnelle devraient être portés lorsqu'il y a exposition potentielle aux poussières et/ou fumées d'antimoine.
La surveillance biologique des niveaux urinaires d'antimoine confirme l'exposition et peut être utile pour le diagnostique si ces derniers sont élevés de façon marquée dans l'intoxication aigue.
 
 
Limite d'Exposition au Québec :
 
 

Nom

#CAS

VEMP

Notations et remarques

Antimoine, métal et composés (exprimé en Sb)

7440-36-0

0.5 mg/m3

-

Antimoine, trioxyde d' (exprimé en Sb)

1309-64-4

0.5mg/m3

C3

Antimoine, trioxyde d' (production)

-

Sans valeur admissible d'exposition applicable

C2, RP, EM

 
C2 : Un effet cancérogène soupçonné chez l'humain.
C3 : Un effet cancérogène démontré chez l'animal. Pour ces substances, les résultats des études relatives à la cancérogénicité chez l'animal ne sont pas nécessairement transposables à l'humain.
EM : Une substance dont l'exposition doit être réduite au minimum.
RP : Une substance dont la recirculation est prohibée.
 
 
 
 
 
 
Edouard Bastarache M.D. (Médecin du Travail et de l'Environnement)
Auteur de " Substitutions de matériaux céramiques complexes "
Sorel-Tracy
Quebec
Canada
edouardb@sorel-tracy.qc.ca
http://www.sorel-tracy.qc.ca/~edouardb/
 
 
 
Références :
1-Occupational Medicine,Carl Zenz, dernière édition.
2-Clinical Environmental Health and Toxic Exposures, Sullivan & Krieger; dernière édition.
3-Sax's Dangerous Properties of Industrial Materials, Lewis C., dernière édition.
4-Toxicologie Industrielle et Intoxications Professionnelles, Lauwerys R. dernière édition.
5-Chemical Hazards of the Workplace, Proctor & Hughes, 4e édition.
6-Les Maladies Respiratoires d'Origine Professionnelle, Martinet Y., Anthoine D., Petiet G.,dernière édition.
7- Cliniques universitaires St Luc, Département de Biologie Clinique, Unité de Toxicologie industrielle et environnementale, Hoet P., Haufroid V., Lison D., Bruxelles.
 
 
 

 
Sur cette page : Antimoine et composés inorganiques, Trioxyde d'Antimoine, Antimony and inorganic Compounds, Trioxide of Antimony

 

Trioxyde d'Antimoine

par Edouard Bastarache
 
 
Identification :
 
Numéro CAS : 1309-64-4
Formule moléculaire : Sb2O3
 
Utilisation et sources d'émission :
 
Agent diminuant le risque d'inflammabilité.
Céramique.
 
Inflammabilité :
 
Ce produit est ininflammable.
 
 
Explosibilité :
 
Les poussières peuvent exploser lorsque chauffées.
 
Produits de combustion :
 
Oxydes d'antimoine.
 
Manipulation :
 
Éviter tout contact avec la peau.
Porter un appareil de protection des yeux et, en cas de ventilation insuffisante, un appareil respiratoire approprié.
Ne pas fumer, ne pas boire ou manger pendant l'utilisation.
 
Entreposage :
 
Conserver dans un récipient hermétique placé dans un endroit frais et sec.
Entreposer à l'abri des matières incompatibles.
 
Toxicologie :
 
Dose létale 50 (DL50) : Rat (Orale) : > 20 g/kg.
Danger immédiat pour la vie et la santé (DIVS): 50 mg/m³ exprimé en Sb.
 
I-Absorption :
Ce produit est absorbé par les voies respiratoires et les voies digestives.
 
II-Effets aigus :
A-Irritation possible:
-yeux,
-peau,
-voies respiratoires et digestives.
 
B-Ingestion :
-brûlures pharyngées,
-hypersalivation,
-vomissements,
-nausées,
-crampes abdominales,
-diarrhée pouvant évoluer vers un collapsus mortel.
 
III-Effets chroniques :
Possibilité de sensibilisation cutanée.
 
On se réfère à la toxicité des composés d'antimoine :
-irritation des voies respiratoires,
-pneumoconiose,
-bronchite,
-emphysème,
-crampes abdominales,
-diarrhée,
-vomissements,
-fatigue,
-irritabilité,
-possibilité d'atteinte cardiaque et hématologique.
 
Contact avec la peau: lésions cutanées localisées aux endroits humides ou exposés à la chaleur.
 
Effets sur le développement :
 
Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate des effets sur le développement.
 
Données sur le lait maternel :
 
Il n'y a aucune donnée concernant l'excrétion ou la détection dans le lait.
 
Effets cancérogènes :
 
Évaluation du RSST : Effet cancérogène démontré chez l'animal. Pour ces substances, les résultats des études relatives à la cancérogénicité chez l'animal ne sont pas nécessairement transposables à l'humain.
Évaluation du C.I.R.C. : L'agent (le mélange) est peut-être cancérogène pour l'homme (groupe 2B).
 
Effets mutagènes :
 
Les données ne permettent pas de faire une évaluation adéquate de l'effet mutagène.
 
Premiers secours :
 
I-Contact Inhalatoire :
En cas d'inhalation des vapeurs ou des poussières, amenez la personne dans un endroit aéré. Si elle ne respire pas, donnez la respiration artificielle. Appelez un médecin.
 
II-Contact Oculaire :
Rincez abondamment les yeux avec de l'eau.
 
III-Contact Cutané :
Lavez la peau au savon et à l'eau. Si l'irritation persiste, consultez un médecin.
 
IV-Ingestion :
En cas d'ingestion, faites vomir la personne si elle est consciente. Appelez un médecin.
 
 
Limite d'Exposition au Québec :
 
 
 

Nom

#CAS

VEMP mg/m³

Notations et remarques

Antimoine, trioxyde d' (exprimé en Sb)

1309-64-4

0.5

C3

 
C3 : Effet cancérogène démontré chez l'animal. Pour ces substances, les résultats des études relatives à la cancérogénicité chez l'animal ne sont pas nécessairement transposables à l'humain.
 
 
 
Références :
1-Occupational Medicine,Carl Zenz, dernière édition.
2-Clinical Environmental Health and Toxic Exposures, Sullivan & Krieger; dernière édition.
3-Sax's Dangerous Properties of Industrial Materials, Lewis C., dernière édition.
4-Toxicologie Industrielle et Intoxications Professionnelles, Lauwerys R. dernière édition.
5-Chemical Hazards of the Workplace, Proctor & Hughes, 4e édition.
 
 

 

Edouard Bastarache M.D.
(Médecin du Travail et de l'Environnement)
 
Auteur de « Substitutions de matériaux céramiques complexes »
Tracy, Québec, CANADA
edouardb@sorel-tracy.qc.ca
http://www.sorel-tracy.qc.ca/~edouardb/
  
 
 

Smart.Conseil le site dédié aux passionnés de céramique Envoyez-nous vos articles, documents et photos sur la céramique à smart2000@wanadoo.fr   This entire page Copyright © 2004, Smart.Conseil - FRANCE. All Rights Reserved. Les textes et les photos restent la propriété de leur auteurs, ils ne peuvent être réutilisés sans un accord préalable. Nous consulter.
 
Sommaire ----- Ce qu'il faut Savoir -----Top/Haut de page
 
 
Summary, What should be known, French version
 
On this page : Antimoine et composés inorganiques, Trioxyde d'Antimoine, Antimony and inorganic Compounds, Trioxide of Antimony
 
 

Antimony and Inorganic Compounds

by Edouard Bastarache
 
 
Introduction :
 
Silver plated white metalloid whose principal ore is stibinite which is antimony trisulphide (Sb2SO3) present in the following countries: China, Mexico, Bolivia, Algeria, Portugal, France. Antimony is also recovered from copper and lead ores.
Antimony ores often contain considerable amounts of arsenic and lead.
Besides the metal, the compounds mainly used in the industry are the oxides (trioxide, pentoxide) and the sulphides (sesqui and pentasulphide, oxysulphide, sulphate).
Potassium and antimony tartrate were used in medicine for their emetic properties.
Derivatives of antimony were also used in the treatment of leishmaniasis, schistosomiasis and the filariasis
 
 
Uses and Sources of Exposure :
 
- the extraction and refining of antimony; these exposures are complicated by the concomitant exposure to lead, arsenic and sulfur dioxide,
- in alloys with other metals; the gas stibine (SbH3), a hemolytic pollutant gas similar to arsine, can be formed by the reaction between certain antimony alloys and reducing acids,
- in its pentasulphide and sesquisulfide forms in the rubber industry,
- in the pastes of safety matches,
- in paints as pigments,
- in the industry of ceramics and glass,
- in the electronic industry,
- as vermifuge for poultry (antimony trioxyde),
- as derivatives in the treatment of certain tropical diseases,
- in the form of antimony trioxyde (Sb2O3) as fireproofing material in the textile industry, paper, rubber, plastics,
- as stibine (gas) for the fumigation of grain.
 
Toxicology :
 
I-Absorption, Metabolism and Excretion :
 
A-Routes of Entry :
Antimony penetrates the body by the digestive or pulmonary tracts.
The soluble antimony derivatives are absorbed quickly by inhalation.
 
B-Toxicokinetics :
After absorption, it is usually quickly excreted.
Antimony is mainly excreted in the urine.
The trivalent form is excreted less quickly than the pentavalent due to its uptake by the red cells.
The trivalent compounds are mainly excreted in the feces, the pentavalent compounds in the urinary tract.
The insoluble forms are excreted slowly in the urine and can remain detectable years after cessation of exposure.
 
C-Blood Levels :
In non professionally exposed individuals, the average antimony concentration is approximately 0.05µg/100 ml in serum, and 0.2 µg/100 ml in total blood.
 
D-Urinary Levels :
Several authors showed that the urinary antimony excretion in subjects not professionally exposed does not exceed:
-3 µg/24 hours (Wester, 1973),
-0.7 µg/L (Ludersdorf et al , 1987),
-1 µg/g creatinine (Bailly et al, 1991).
Authors have reported that urinary antimony levels were definitely higher in workers exposed to antimony than in control subjects.
 
II-Local Toxicity :
Antimonoy and its derivatives act as local toxicants.
Antimony and some of its salts (fluoride, trichloride, tartrate, pentasulphate) are irritating to the skin and can produce contact dermatitis.
Antimony trichloride however can in contact with wet surfaces, release hydrochloric acid, which can cause skin burns.
Stibiated exzema, a folliculo-papular dermatitis can be generated by antimony derivatives (antimony trioxyde).
 
III-Systemic Toxicity :
The trivalent compounds are more toxic than the pentavalent ones.
 
A-Acute Intoxication :
1-By Ingestion :
The clinical picture resembles the intoxication by arsenic.
a-Gastrointestinal irritation :
- nausea,
- vomiting,
- diarrhoea
b-Disorders of the heartbeat :
- bradycardia,
- auricular fibrillation,
- Adams-Stokes,
- ventricular tachycardia
c-Hepatic effects :
- fatty degeneration,
- cytolysis
d-Death:
It can occur by circulatory failure, or hepatic (acute yellow atrophy) and renal lesions.
 
2-By Inhalation :
a-The inhalation of antimonious anhydride vapors (antimony trioxyde) can cause an acute chemical pneumonia
b-The inhalation of the gas stibine can cause a serious intoxication characterized by a massive hemolysis including:
- headaches,
- tiredness,
- abdominal pain,
- jaundice,
- anuria.
 
3-Treatment of the Acute Intoxication :
The monitoring of the pulmonary and cardiac functions is indicated when there has been significant acute exposure by inhalation or ingestion.
The acute intoxication must be treated like the intoxication by arsenic .
Dimercaptosuccinic acid (DMSA) has been recommended.
BAL is hardly effective according to experimental studies.
Hemolysis due to stibine requires exchange transfusions.
 
Skin exposure to soluble dust or irritating liquids containing antimony requires the immediate withdrawal from exposure and cleaning of the exposed skin.
 
B-Chronic Intoxication :
Chronic exposure to metallic dusts and fumes of antimony trioxyde can cause the following symptoms :
 
1-Digestive Disorders :
- stomatitis,
- gastrointestinal irritation,
- loss of appetite.
 
2-Neurological Disorders :
- headaches,
- giddinesses,
- irritability,
- emotional disturbance.
 
 
3-Hematologic Modifications :
- leucopenia,
- eosinophilia.
 
4-Respiratory Effects :
a-Irritation of the higher respiratory tract :
- laryngitis,
- tracheitis,
- rhinitis,
-epistaxis,
b-Effects on the deep respiratory tract :
- bronchitis,
- emphysema
c-Stibiosis:
It usually is a radiological finding (reticulo-nodular network).
It is a non fibrogenic pneumoconiosis related to the chronic inhalation of stibinite dust (antimony trisulphide, Sb2S3). It can be contracted at the time of ore extraction or its refining; in the manufacture of alloys with tin, lead and copper, of paints, in the ceramic and glass industry.
The functional repercussion is modest
d-Myocardiac toxicity :
It is revealed by electrocardiographic modifications
e-Other effects :
- perforation of the nasal septum,
- bleeding gums.
 
Laboratory :
 
 
I-Blood :
The number of red blood cells may be low. Blood tests make it possible to diagnose hepatic effects due to the exposure to stibine and to pharmaceutical preparations containing antimony, as well as following overexposure to other compounds of antimony.
 
II-Urine :
Hemoglobinuria and the presence of red blood cell casts are signs of hemolysis induced by stibine (gas) and suggest acute hepatic and renal failure.
There is no Biological Index of Exposure (BEI) for antimony.
The presence of antimony in the urine is diagnostic of past exposure but it does not necessarily correlate with the severity of exposure and health effects.
The reference value is <3µg/g. creatinine (Haufroid & Hoet)
 
III-Radiology :
 
A-Acute Inhalation :
Chest x-ray can reflect the presence of pulmonary oedema with secondary diffuse infiltrate following acute antimony trichloride inhalation.
B-Chronic Inhalation :
Chest x-ray can show the presence of stibiosis which is a secondary benign pneumoconiosis due to chronic exposure to ores and dusts of antimony.
 
IV-Respiratory Physiology Testing :
The tests of respiratory function reflect the pulmonary acute and chronic effects, which have a functional repercussion.
 
V-Electrocardiography :
The changes in the ECG include disturbances of the T wave and rate/rhythm disorders.
 
Effects on Pregnancy :
 
A Russian study suggests that exposure to antimony increases the risk of abortion and prematurity; it was also reported in this study that antimony crossed the placental barrier and was present in the amniotic fluid, placental tissue, and umbilical blood.
In animals, one did not observe harmful effects among the offsprings of female rats to which low concentrations of antimony trichloride were given in drinking water.
 
Data on Mother's Milk :
 
Antimony can be excreted in mother's milk.
 
Cancinogenic Effects :
 
Studies led at the time of high exposures showed an association between antimony trioxyde and a greater risk of pulmonary cancer in the workers of foundries producing antimony.
On the other hand, other studies led in workers exposed to concentrations much lower did not show this excess of risk.
Moreover, the exposure of animals to high concentrations of antimony trioxyde also showed the pulmonary cancerogenic effect of antimony; lower levels of exposure did not cause an excess of pulmonary cancer risk.
 
Mutagenic Effects :
 
We have not found data on the potential mutagenic effects of antimony. However, antimony tartrate increased the incidence of chromosomal breakings in human leucocytes.
 
Teratogenic Effects :
 
The available data do not make it possible to make an adequate evaluation of mutagenic effects, the studies being contradictory.
 
Prevention :
 
Personal protection equipment should be worn when there is a potential exposure to dusts and/or antimony fumes.
The biological monitoring of urinary antimony levels confirms the exposure and can be useful for the diagnosis if they are very high in the acute intoxication.
 
Quebec's Exposure Limits :
 
 
 

Name

#CAS

VEMP

Notes and remarks

Antimony, metal and compounds (expressed as Sb)

7440-36-0

0.5 mg/m3

-

Antimony, trioxide (expressed as Sb )

1309-64-4

0.5mg/m3

C3

Antimony, trioxide (production)

-

No applicable exposure limit

C2, RP, EM

 
 
C2 : A suspected human carcinogen.
C3 : A confirmed animal carcinogen.
In the case of these substances, the results of animal studies relating to their cancerogenicity are not necessarily transposable to humans.
EM : A substance that should be kept at the lowest practicable level.
RP : A substance whose recirculation is prohibited in accordance with the law.
 
 
 
 
Edouard Bastarache M.D. (Occupational & Environmental Medicine)
Author of " Substitutions for raw ceramic materials "
Sorel-Tracy
Quebec
Canada
edouardb@sorel-tracy.qc.ca
http://www.sorel-tracy.qc.ca/~edouardb/
 
 
 
References :
 
1-Occupational Medicine,Carl Zenz, last edition.
2-Clinical Environmental Health and Toxic Exposures, Sullivan & Krieger; last edition.
3-Sax's Dangerous Properties of Industrial Materials, Lewis C., last edition.
4-Toxicologie Industrielle et Intoxications Professionnelles, Lauwerys R. last edition.
5-Chemical Hazards of the Workplace, Proctor & Hughes, 4th edition.
6-Les Maladies Respiratoires d'Origine Professionnelle, Martinet Y., Anthoine D., Petiet G.,last edition.
7- Cliniques Universitaires St Luc, Département de Biologie Clinique, Unité de Toxicologie Industrielle et Environnementale, Hoet P., Haufroid V., Lison D., Bruxelles.
 
 

 
On this page : Antimoine et composés inorganiques, Trioxyde d'Antimoine, Antimony and inorganic Compounds, Trioxide of Antimony
 
 

Trioxide of Antimony

by Edouard Bastarache
 
 
Identification :
 
CAS number: 1309-64-4
Molecular formula: Sb2O3
 
Uses and emission sources :
 
Inflammability risk decreasing agent.
Ceramics.
 
Inflammability :
 
This product is non flammable.
 
Explosiveness :
 
Dust can explode when heated.
 
Products of combustion :
 
Oxides of antimony.
 
Handling :
 
Avoid any contact with skin. Wear a protection apparatus for the eyes, in the event of insufficient ventilation, a suitable breathing apparatus.
Do not smoke, drink, nor eat during use.
 
Storage :
 
Preserve in an airtight container placed in a fresh and dry place.
Store away from incompatible materials.
 
Toxicology :
 
Lethal Dose 50 (LD50) : Rat (Oral) : > 20 g/kg.
Immediate danger to life and health (IDLH): 50 mg/m³ expressed as Sb.
 
Absorbtion :
 
This product is absorbed by the digestive and respiratory tracts.
 
Acute effects :
 
Possible irritation of :
-eyes,
-skin,
-respiratory and digestive tracts.
 
Ingestion :
-pharyngeal burns,
-hypersalivation,
-vomiting,
-nausea,
-abdominal cramps,
-diarrhoea that may to evolve to mortal collapse.
 
Chronic Effects :
 
Possible skin sensitization.
 
One should refer to the toxicity of antimony compounds :
-Irritation of the respiratory tract,
-pneumoconiosis,
-bronchitis,
-emphysema,
-abdominal cramps,
-diarrhoea,
-vomiting,
-tiredness,
-irritability,
-possible cardiac and hematologic effects.
 
 
Contact with Skin :
 
 
Localised cutaneous lesions on wet places or places exposed to heat.
 
Effects on Development :
 
The available data do not make it possible to make an adequate evaluation of its effects on development.
 
Data on Maternal Milk :
 
There are no data relating to its excretion or detection in maternal milk.
 
 
Carcinogenic Effects :
 
It is a confirmed carcinogen in animals. For these substances (antimony compounds), the results
of the studies relating to their carcinogenicity in animals are not necessarily transposable to humans.
Evaluation by the I.A.R.C.: The agent (the mixture) is perhaps carcinogenic to man (2B group).
 
Mutagenic Effects :
 
The available data do not make it possible to make an adequate evaluation of its mutagenic effects.
 
 
First aid :
 
I-Inhalation :
In the case of inhalation of vapors or dusts, bring the person into a ventilated place. If he does not breathe, give artificial respiration. Call a doctor.
 
 
II-Ocular Contact :
Copiously rinse eyes with water.
 
III-Skin Contact :
Wash skin with soap and water. If irritation persists, see a doctor.
 
IV-Ingestion :
In the case of ingestion, induce vomiting if the person is conscious. Call a doctor.
 
Quebec's Exposure Limit :
 
 
 

Name

#CAS

VEMP (mg/m³)

Notes and remarks

Antimony, trioxide (expressed as Sb)

1309-64-4

0.5

C3

 
 
C3 : A confirmed animal carcinogen. In the case of these substances, the results of animal studies relating to their cancerogenicity are not necessarily transposable to humans.
 
 
 
References :
 
1-Occupational Medicine,Carl Zenz, last edition.
2-Clinical Environmental Health and Toxic Exposures, Sullivan & Krieger; last edition.
3-Sax's Dangerous Properties of Industrial Materials, Lewis C., last edition.
4-Toxicologie Industrielle et Intoxications Professionnelles, Lauwerys R. last edition.
5-Chemical Hazards of the Workplace, Proctor & Hughes, 4th edition.
 
 
 

 

Edouard Bastarache M.D.
(Occupational & Environmental Medicine)
 
Author of " Substitutions for raw ceramic materials "
Tracy, Québec, CANADA
edouardb@sorel-tracy.qc.ca
http://www.sorel-tracy.qc.ca/~edouardb/
 
 
 
 

Smart.Conseil le site dédié aux passionnés de céramique Envoyez-nous vos articles, documents et photos sur la céramique à smart2000@wanadoo.fr   This entire page Copyright © 2004, Smart.Conseil - FRANCE. All Rights Reserved. Les textes et les photos restent la propriété de leur auteurs, ils ne peuvent être réutilisés sans un accord préalable. Nous consulter.
 
Summary, What should be known, French version, Top of English version